Le meilleur bracelet connecté : guide ultime 2017

Classé dans : maison | 0

Audi présente à Francfort l’Aicon Idea, un véhicule one hundred% autonome et électrique. En général, le rôle du smartband ou bracelet connecté est d’améliorer la santé. Grâce à tous les dispositifs utilisés pour son fonctionnement, l’outil permet de faire un suivi des activités sportives, de compter le nombre de calories perdues, d’obtenir le nombre de distances parcourues en une journée et d’analyser les heures de sommeil. Les capteurs ou traqueurs entrent en jeu pour enregistrer toutes les données concernant ces analyses et les synchronisent afin que le propriétaire puisse avoir un bilan et une synthèse détaillée des activités.

Apparus au début de l’année 2012, les capteurs d’activité se sont taillés une place de choix dans l’univers des objets connectés. Avec eux a été lancée la grande tendance (mode ?) du « Quantified Self », ou auto-évaluation. Le principe : prendre conscience au quotidien de son meilleur bracelet connecté niveau d’activité physique et l’augmenter s’il est insuffisant. Vendus à 200 000 exemplaires en France en 2014 (selon Gfk), ces petits capteurs pourraient cette année voir leurs volumes tripler dans l’Hexagone. Raison de plus pour parfaitement s’informer avant de s’équiper.

Le bracelet connecté Shine 2 propose un bon compromis entre élégance et fonctionnalité. Les données sont précises, l’autonomie est élevée, et le bracelet se distingue par une grande polyvalence. Le clip permet de l’attacher à un t-shirt, une chaussure ou une poche, ce qui est très utile pour les mères de famille dont les bras sont occupés par une poussette. En termes de fonctionnalité, on retrouve le décompte des pas, la surveillance du sommeil, et les notifications smartphone. Prix : 99€.

La compagnie d’assurances Aetna propose ainsi une prime annuelle de 500 dollars pour chaque employé qui dormirait régulièrement plus de sept heures par nuit, plus de vingt nuits d’affilée. Le bracelet connecté que le salarié doit porter mesure notamment la fréquence cardiaque, repère les phases de sommeil et sert donc d’arbitre pour la prime. Le patron d’Aetna a assuré à la chaîne CNBC que les milliers d’employés qui jouaient le jeu ont gagné en moyenne « sixty nine minutes de productivité par mois. Et ils sont également moins stressés, on le sait puisqu’on mesure en permanence leur fréquence cardiaque ».

Tout ce qu’il faut savoir avant d’acheter

Une grande half des constructeurs de montres connectées ont décidé d’équiper leurs appareils du système Android Wear de Google. C’est notamment le cas de Sony, de Lenovo (Moto 360), de Huawei, de LG ou d’Asus. Concrètement, ce système présente l’avantage d’être appropriate avec tous les smartphones Android et d’installer des purposes très simplement by way of le Play Retailer sur son smartphone. Par ailleurs, Android Wear est désormais appropriate avec les iPhone Les fonctionnalités seront cependant plus limitées, notamment pour le contrôle de la musique, la navigation au poignet ou la météo. Attention toutefois, certains possesseurs d’iPhone 7 font état d’une impossibilité de connecter leur montre Android Put on à leur smartphone. La nouvelle version 2.zero d’Android Put on apporte notamment une plus grande indépendance des montres par rapport aux smartphones avec un Play Store dédié, des cadrans plus interactifs et une nouvelle interface.

Avec les systèmes Android Put on (utilisé par Huawei, Motorola, LG…), WatchOS (exclusif à Apple), Tizen (seulement chez Samsung) ou encore Pebble OS (pour les montres éponymes), les choses vont plus loin puisqu’ils offrent la possibilité de lire les messages et même d’y répondre avec des smileys ou en utilisant des phrases varieties comme « j’arrive » ou « je suis en réunion » et parfois en utilisant un clavier. L’Apple Watch, comme les montres sous Android Put on (à condition de les utiliser avec un smartphone sous Android), permettent même de répondre en dictant sa réponse grâce à la reconnaissance vocale. Du côté des montres de Pebble, il faudra se tourner vers certaines applications compatibles avec la reconnaissance vocale.

En tant que fabricant très actif d’accessoires de sports activities à connotation Excessive-tech, Garmin ne pouvait pas passer à côté de ce phénomène. Il propose son propre traqueur d’activité, le VivoFit, dont la particularité est d’intégrer un écran textuel très peu gourmand en énergie. Ainsi, les piles boutons intégrées dans le VivoFit lui offriraient une autonomie d’un an. Autre atout, son afficheur ne s’éteint jamais. Ainsi, on voit évoluer en temps réel à l’écran le nombre de pas effectués ou encore les calories brûlées. Le VivoFit est aussi le seul modèle à intégrer la technologie ANT+. Celle-ci permet de connecter le bracelet à une ceinture cardio-fréquencemetre (proposée en option) qui viendra enrichir les mesures du bracelet. Son utility Garmin Connect est appropriate iOS et Android.

Enfin, à noter la bonne autonomie du Fitbit Alta HR : il peut tenir sept jours sans avoir besoin d’être rechargé (through un système propriétaire en USB en 2 heures). Evidemment, cela dépend de l’utilization plus ou moins intensif du système d’affichage mais aussi du nombre de notifications, alertes et alarmes que le bracelet aura à gérer. Reste que, pour un système qui gère le rythme cardiaque en continu (pratique pour avoir son rythme au repos, bon indicateur de santé), c’est une belle gageure pour ce bracelet qui se révèle, in fine, être un des tout meilleur du marché.